You are using an outdated browser. Please update your browser for a better user experience.

3 ans déjà, le temps passe vite

Il y a 3 ans jour pour jour (le 6 avril 2017), j'achetais le domaine DryCat.fr. Pour ceux qui découvrent cet article et DryCat par la même occasion, je vais faire un court résumé de ce qu'est DryCat.

DryCat est un CHATONS, c'est-à-dire un membre du Collectif des Hébergeurs Alternatifs, Transparents, Ouverts, Neutres et Solidaires (ouais, j'm'en souviens de tête maintenant !).
Vous n'êtes pas plus éclairés que ça ? D'accord, je vais être plus explicite.
Comme ses confrères, DryCat est un fournisseur de services ouvert à tous, sans aucun coût et respectueux de vos données personnelles et de votre vie privée, tout en étant plus proche de vous.

Et cela fait maintenant 3 ans que je propose de plus en plus de services.

Timeline !

Quoi de mieux que de voir le temps qui passe en le faisant repasser devant nous ?

Août 2016 : The begining

Attristé par la fermeture de Olympe Network, je songe à ouvrir mes propres services. N'ayant pas les compétences des gens présents dans cette association, j'ouvre deux-trois services modestes : Privatebin, Lutim et Lufi sur un serveur Online sous le domaine dryusdan.fr. Ce domaine est redevenu mien (usage personnel) mais l'accès à DryCat repose encore dessus (mail, DNS... Ça fait partie de l'évolution à mener). À l'époque la machine était très costaud pour l'usage que j'en avais. Et détail important, les services tournaient sous Docker (non, ce n'est pas important, c'est juste pour énerver certains administrateurs systèmes).

Décembre 2016 : CHATONS ? Kézako ?

Je connaissais Framasoft, l'association qui a lancé le mouvement CHATONS. À l'époque je n'étais pas super réceptif à ça, j'étais pro Microsoft avec toute la panoplie : Windows, compte Office 365, vive Microsoft Linux sucks... Bon, au détour d'un énième bug on me conseille Linux. Et curieusement j'ai très vite adhéré, changeant radicalement aussi ma manière de voir les choses (pourquoi, j'en sais rien). Je vois de l'intérêt dans Framasoft, dans les CHATONS et avec les compétences que j'acquiers, pourquoi pas regarder. Ni une ni deux je rejoins la mailling list.
À côté de ça, j'installe Etherpad car mine de rien, Google Docs et Word Online c'est un peu nul pour le travail collaboratif.

Avril 2017 : Federate the universe !

On entend parler de Mastodon, la mailling list des CHATONS fume, Framasoft (Pyg de mémoire) nous parle d'une communication qui va être faite pour parler des CHATONS qui montent une instance Mastodon. Le 6 avril j'achète DryCat.fr, le 7 mon instance Mastodon est montée, le 12 Framasoft publie un article ou j'apparais pour la première fois.

Juin 2017 : Online...

Les problèmes de disque d'Online ont fini par m'affecter et je me suis retrouvé avec des performances minables. Je suis parti chez SoYouStart (les occasions d'OVH).
Entre temps j'avais mis en place un Gitea, un standardnote / standard file et un Presentator (une interface de maquetting).

Juillet 2017 : Candidature !

Ou plutôt recandidature, j'officialise ma volonté de devenir un CHATONS le 7 juillet sur la mailling list et je modifie ma candidature en conséquence.

Octobre 2017 : CHATONS

DryCat devient officiellement un CHATONS.

Decembre 2017 : Rien de neuf à l'horizon

Les services tournaient, ils étaient de plus en plus utilisés.
Durant ce laps de temps, j'avais rajouté un Pinafore et un FreshRSS. J'ai déployé durant cette même année une instance Peertube pour effectuer des tests. Le programme était en alpha. J'ai arrêté lors de l'alpha 22 par manque de temps et de ressources.

Janvier 2018 : Une envie de quitter

Durant un temps, DryCat me prenait énormément de temps que je n'avais plus. Une machine qui coûtait trop cher, des services qui tournaient au ralenti à cause du choix d'infrastructure, un temps à tout réparer qui était monstrueux. Bref, tout n'était pas rose. Grâce aux soutiens et à l'aide et conseils de nombreux proches, DryCat a été migré, sans Docker (qui était une charge en temps lié aux choix d'infrastructure), sur des VPS Hetzner. Aujourd'hui encore, seule une machine est encore un VPS : le serveur mail. Il y avait au total 5 VPS et une panne lié à une mauvaise manipulation. Il y a eu 2h de coupure en totalité lors de ces migrations et de cette panne.

Mars 2018 : La petite panne

Chez Hetzner tout fonctionnait, les machines étaient performantes jusqu'au moment où... Un des VPS est sur un hyperviseur défectueux. Le disque était corrompu, la machine ne fonctionnait plus. 21h de coupure au total sur une des machines les plus utilisées. J'en ai même fait un article peu de temps après. Au final il était temps de changer, Mastodon devenait trop serré, il fallait faire quelque chose.
Durant cette même période, j'ai installé un wallabag et j'ai remplacé etherpad par Cryptpad, qui est bien plus complet que son prédecesseur.

Juillet 2018 : La migration (encore)

Comme dit avant, Mastodon était trop serré. Les serveurs dédiés d'occasion chez Hetzner n'étaient pas hors de prix. Le choix d'infrastructure n'était pas encore fixé mais cela s'orientait vers du Proxmox. Courant juillet, on migre sur des VM sous Proxmox sur le nouveau dédié. L'infrastructure respire, les machines ont de l'espace, elles s'étalent petit à petit...

Octobre 2018 : Une petite plume

DryCat accueil le projet Plume, qui est un outil de blog fédéré... Un peu comme Medium, mais en plus épuré, avec moins de pop-up toutes moches.

Décembre 2018 : Nouvelle machine.

Mul est entré dans la danse. Mul, c'est le serveur qui permet de voir si quelque chose va mal, qui redémarre certains services en panne, qui gère les backups. Mul c'est le serveur qui me permet d'être serein sur les sauvegardes. (Aujourd'hui c'est environ 700Go de données sauvegardées sur une semaine).

Durant ce laps de temps, j'ai installé un Healthcheck qui est plus orienté monitoring de tâches cron. Très utilisé dans l'infrastructure DryCat, je l'ai mis à disposition du public pour ceux qui veulent monitorer leurs tâches planifiées.

Février 2019 : Nouvelle machine (oui, encore)

DryCat devenait de plus en plus connu. Comme indiqué dans cet article il y a une augmentation constante du nombre de requêtes, de visiteurs... J'ai donc dû me munir d'une nouvelle machine, un autre hyperviseur Proxmox. L'hyperviseur 1 s'est déchargé, le second a pris un peu de travail.
J'en ai profité pour ajouter un Bitwarden

Juin 2019 : Tout est calme, cassons des choses !

En fait il n'y a eu aucune panne, j'ai juste rajouté un service du fediverse en plus : Friendica. Devant l'énergie pour le maintenir, les ressources nécessaires etc. Je l'ai retiré.

Aout 2019 : La panne

Il en fallait bien une. La plus grosse panne de DryCat. Afin de mettre en place une architecture très redondante, j'ai migré DryCat sur un cluster hyperconvergé, c'est a dire trois serveurs qui gèrent eux-même le stockage, la redondance, le réseau.
Après un POC réussi, je mets DryCat dessus et là... Ce fut une catastrophe, les performances liées aux disques, à Ceph et à Mastodon et PostgreSQL qui génèrent énormément de lecture et d'écriture me font faire machine arrière. Ce n'était pas un franc succès et DryCat a connu une semaine d'instabilité et de pannes.

On est de nouveau sur deux serveurs et on se porte bien ;)

Septembre - Décembre 2019 : Et on copie Google

Nitter, Invidious... Des projets sympathiques visant à regarder Youtube ou Twitter sans avoir besoin de laisser ses données privées.
Au final, comme indiqué dans cet article, cela n'a pas été une bonne idée (surtout parce que Google blacklistait tout) et j'ai arrêté.

Décembre 2019 : DES CHIFFRES !!

DryCat a supporté en décembre dernier près de 970 000 visiteurs uniques... Presque tous étaient liés à Invidious et Nitter. Au mois de mars, DryCat a eu 129 998 visiteurs uniques

Mars 2020 : J'ai oublié une touche

Misskey a été officialisé. DryCat possède un 6ème outil fédéré (avec IRC, Matrix, Mastodon, Plume et les mails).

Avril 2020 Nous voilà

Et oui, la route fut longue et tumultueuse, mais cela ne nous a pas empéchés d'arriver ici.
DryCat est toujours debout, 3 serveurs et un VPS, 129 998 visiteurs uniques et 12 073 398 requêtes valides que l'infrastructure a supporté au mois de mars, 18 services ouverts au total.
DryCat est un projet d'un geek dans son grenier (je vivais dans un grenier à l'époque) qui a pris vie et qui a énormément grandi et tout ceci grâce à vous. Donc je n'ai qu'un mot à dire : merci.

PS : Quelques outils ont été oubliés. J'avoue, je ne me souviens pas de tous.